Sermon dominical

dimanche 2 mai 2021

[Début du SERMON]

« Moi je suis la vigne et vous les sarments, celui qui demeure en moi et en qui je demeure, celui-là donne beaucoup de fruit, car, en dehors de moi vous ne pouvez rien faire. »

Je lisais divers commentaires sur ce passage de l’évangile; l’un d’eux semblait souligner le fait que ce passage s’appliquait uniquement aux apôtres du Christ.

Voici ma réaction à un tel commentaire, et c’est vrai à propos de plusieurs choses que Jésus nous dit dans les évangiles. Jésus parlait à ceux qui étaient présents à l’époque, à ceux qui l’entouraient.  Parfois il s’agissait spécifiquement de ses apôtres.  Mais nous croyons que tout ce que Jésus disait à son entourage de l’époque s’applique aussi à ceux qui le suivent aujourd’hui.

Je crois qu’il est aussi très important de souligner que ces paroles de Jésus, comme bien d’autres, ne constituent pas le genre de discours qu’un employeur tient à ses employés.  Ce passage est relié à l’essence de la vie – de la vie spirituelle, si vous voulez.  Mais, en tant que chrétiens, nous ne devons jamais voir la vie en général comme étant différente de ce qu’on appelle la vie spirituelle.

Pour moi, les mots clés sont les suivants : « Celui qui demeure en moi et en qui je demeure, celui-là donne beaucoup de fruit, car, en dehors de moi vous ne pouvez rien faire. »

Chacun de nous a sa place unique et sa vocation unique.  Peu importe comment on voit les choses, ce qui demeure vrai c’est ce que Jésus nous a dit; « Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis. »  Notre monde moderne voudrait qu’on remette en question la réalité d’un Dieu personnel qui entretient une relation avec chacun et chacune de nous, mais les écritures saintes nous rappellent que Dieu nous a voulu, chacun de nous, dans les entrailles de notre mère!

Chaque vie est si précieuse aux yeux de Dieu! Chaque histoire humaine fait partie de la grande histoire écrite par un Créateur qui nous aime sans condition!

L’image que Jésus nous donne de la ‘vrai vigne’ représente, dans plusieurs sens, l’Église, qui est le Corps vivant du Christ, c’est-à-dire chacun de nous.  L’ecclésia, ou l’Église n’est pas d’abord et avant tout une institution dotée d’une hiérarchie.

Et là je ne fais aucun commentaire négatif contre l’Église officielle…mais l’Église est d’abord et avant tout le Corps du Christ… chacun et chacune de nous, à partir du bébé nouvellement baptisé allant jusqu’au plus vieux, y compris tout le monde dans le milieu.  Chacun et chacune a sa propre place dans ce Corps mystique du Christ.  Il faut aussi dire que la majorité des membres de l’Église ne font pas partie du clergé… ce sont des laïcs de tous les niveaux de la société et de tous les métiers et professions.

Alors célébrons la vie que nous partageons tous, car cette vie est la vie du Christ qui est vivant dans chaque être humain! Sans exception!

Que Dieu vous bénisse.

Père Bob

FIN du SERMON]

Téléchargez le sermon du 2 mai 2021

PSAUME (21 (22), 26b-27, 28-29, 31-32)

R/ Tu seras ma louange, Seigneur,
dans la grande assemblée.
ou : Alléluia !
 (cf. 21, 26a)

Devant ceux qui te craignent, je tiendrai mes promesses.
Les pauvres mangeront : ils seront rassasiés ;
ils loueront le Seigneur, ceux qui le cherchent :
« À vous, toujours, la vie et la joie ! »

La terre entière se souviendra et reviendra vers le Seigneur,
chaque famille de nations se prosternera devant lui :
« Oui, au Seigneur la royauté,
le pouvoir sur les nations ! »

Et moi, je vis pour lui : ma descendance le servira ;
on annoncera le Seigneur aux générations à venir.
On proclamera sa justice au peuple qui va naître :
Voilà son œuvre !

MESSAGE IMPORTANT

Chers paroissiennes et paroissiens,

J’espère que vous allez bien dans les circonstances … Je dois vous avertir que je risque d’utiliser un peu d’humour et même de sarcasme dans ce message, car cela semble être un bon ton pour communiquer parfois …  S’il-vous-plaît, ne vous en formalisez pas.

Bon, évidemment, il est clair que nous sommes tous et toutes épuisés et même au bout de notre corde avec la pandémie; nos vies ont été chambardées et la normalité nous semble encore bien lointaine après plus d’un an de confinement, déconfinement, reconfinement et j’en passe …  Ça s’annonce comme devant durer 2 ans et nous ne sommes pas sortis de l’auberge, comme on dit.

Hier après-midi, le Premier-ministre Ford a débuté sa conférence de presse avec les mots suivants : « Nous sommes en train de perdre la bataille entre les variants et la vaccination.  Le rythme de l’administration des vaccins ne rejoint pas la prolifération des nouveaux variants au sein de la population ontarienne… »   Après ces remarques préliminaires, il a ordonné des mesures encore plus restrictives dans le but d’arrêter la vague; en fait, d’aplatir cette courbe dangereuse que provoque cette 3e vague de la Covid-19, le plus rapidement et complètement possible.  Gardons M. Ford et son entourage de la santé publique dans nos prières car il n’est pas facile de gouverner dans de telles situations.

Comme vous le savez, le Premier ministre a déclaré que les nouvelles restrictions prenaient effet immédiatement.  Il nous a aussi informé que les lieux de culte ne pourraient dorénavant accueillir que 10 personnes à la fois ce, à partir de lundi.  Ce chiffre signifie 8 paroissiens, 1 prêtre et 1 organiste.  Je n’ai pas consulté beaucoup de collègues prêtres, rabbins ou iman à date mais je sais que la majorité vont tout simplement décider de fermer leur église, mosquée ou synagogue plutôt que d’accueillir 8 personnes privilégiées.

Oui, le Premier ministre Ford a dit que cela prenait effet lundi à minuit et je comprends la logique derrière ce court délai, puisque plusieurs personnes n’ont pas accès en Ontario, aux courriels, en ce temps de grand achalandage des lignes internet. 

MAIS, à Saint-François-d’Assise, nous allons donc adhérer dès maintenant à l’ordre de se confiner et fermer l’église complètement dès aujourd’hui et il y a de nombreuses raisons pour le faire telles que :

  • Dans notre paroisse, peu de gens n’ont pas accès à leurs courriels.
  • Les variants sont tout aussi dangereux le samedi et le dimanche que les autres jours de la semaine, évidemment.
  • Moi-même n’ai pas été vacciné alors que je tombe dans la catégorie des personnes susceptibles de l’attraper (fragilité pulmonaire, surdité totale d’une oreille, entre autres). Il est clair que je ne suis immunisé face à quoi que ce soit et je dirais même que j’ai tendance à être malchanceux… donc mes raisons ne sont pas qu’altruistes, certaines sont personnelles et je veux être honnête avec vous à ce sujet mais une chose est certaine, il est prudent et sage de prendre le plus de précautions possibles pour moi autant que pour vous et vos familles.
  • Rappelons-nous que le chiffre de 10 avait été décidé déjà l’an dernier en ce qui touchait aux funérailles, baptêmes et mariages.

Travaillons ensemble afin de nous garder en santé et en sécurité.  Les 12,000 à 18,000 cas quotidiens prédits hier touchent à notre idée de l’apocalypse.  Il faut arrêter le flot de la contagion.

Je préférerais que cette pandémie ressemble à une invasion de Zombis, comme dans un film d’Hollywood, mais il n’en est pas ainsi.  Dans notre réalité, l’ennemi est infiniment petit mais infiniment puissant !  On ne peut l’abattre avec une arme conventionelle, mais en se faisant vacciner le plus rapidement possible, comme vous le savez tous.

Finalement, passons à travers avec fermeté et visons Noël prochain, comme moment possible de retour à ce que nous prenions tous tant pour acquis, la normalité, notre routine quotidienne et dominicale.  Nous célébrerons alors dans la plus grande joie en faisant le plus de bruit possible !

Dieu vous bénisse et Shalom !

 

Père Bob

MESSAGE IMPORTANT

Chers paroissiens de St-François-d’Assise,

Comme vous le savez, le gouvernement provincial a déclaré hier une état d’urgence de 28 jours à partir de ce matin à minuit une.

Cette mesure s’additionne à l’ordre de confinement institué samedi dernier.

Il semble que l’ordre de rester à la maison n’empêche pas la possibilité d’accueillir 15% des paroissiens lors de nos deux messes dominicales soit à 16h le samedi et à 11h, le dimanche matin.  L’église sera donc ouverte pour ces cérémonies selon les modalités déjà en cours.

L’ordre de rester à la maison permet aux paroissiens de se rendre de la maison à l’église (Référence législative –  EMERGENCY MANAGEMENT AND CIVIL PROTECTION ACT STAY-AT-HOME ORDER, SCHEDULE I, 1. (1). 24.)

Je veux vous remercier de continuer à faire preuve de prudence.  C’est l’approche la plus utile et logique, en ce moment.

Si vous préférez rester à la maison et ne pas venir pour une ou l’autre des messes dominicales, sachez que c’est votre droit en loi civile et en loi écclésiastique tel qu’exprimé par l’Archevêque Mulhall.

Même si nous pouvons continuer à se rassembler à 15% de la capacité de notre église, je crois qu’il est et demeurera crucial de faire preuve de la plus grande prudence et de bien comprendre tout ce qui touche aux «variants» de la Covid-19.  À cet effet veuillez consulter ce qui suit: https://thewhig.com/news/local-news/april-will-be-a-very-very-difficult-month-in-ontario

La réservation, si vous voulez venir à une des messes, demeure obligatoire.  Toutefois, tel qu’expliqué par Jackie il y a quelques jours, ceux et celles qui auront réservé une fois le quota de présence atteint, seront les premiers en liste pour la messe de la même heure et jour de la semaine d’après.  Vous devez donc faire votre réservation à chaque semaine et il y aura fort probablement une rotation qui s’installera tout naturellement.

Rappelons-nous que ces mesures devraient se terminer ou au moins, évoluer dans 4 semaines.  Nous sommes fait d’étoffe solide et survivront à cela autant qu’au reste.

Si vous avez l’occasion de vous faire vacciner, saisissez-la, selon les modalités offertes et viables pour vous et je soupçonne qu’en juillet, nous pourrons accueillir un quota de 30% de paroissiens à la fois et que cet automne, la normalité devrait s’annoncer, dans Dieu sait quelle forme, évidemment …

Dieu vous bénisse, toutes et chacun, le Père, le Fils et le Saint-Esprit !

Paix et sérénité,

Père Bob

MESSAGE IMPORTANT

Chers paroissiennes et paroissiens,

Comme vous le savez certainement, l’Ontario est retournée au confinement pour la 3e fois et ce, à partir de minuit samedi, le 3 avril.

Le peu de temps entre l’annonce et le fait de ce confinement est extrêmement court, ce qui signifie que nous sommes pris de court pour diminuer le nombre de personnes dans l’église lors de nos deux messes de Pâques.  Nous devons passer de 65 à un maximum de 30 paroissiens à la fois.

Tout d’abord, je pensais demander simplement aux gens de s’excuser volontairement de l’événement afin de nous rendre au 15% permis mais avec un si petit délais et l’inégalité de la prise de courriel de la part de certains, cela ne semble pas avisé.

Nous allons donc agir comme la majorité des églises locales dont la Cathédrale, et prendre une approche de premier réservé, premier servi.  Nous communiquerons avec ceux et celles qui malheureusement se retrouveront exclus de l’une ou de l’autre cérémonie.

Si plusieurs sont intéressés à venir à une éventuelle 3e messe de Pâques, à 13h15 dimanche, laissez-le-moi savoir.  Par contre, je dois vous informer que je fais cette offre à contrecœur car mon spécialiste a diagnostiqué récemment une arthropathie neuropathique à la cheville gauche qui me fait vraiment très souffrir quand je mets un poids dessus.  Malgré cela, je ferai de mon mieux, s’il y a un intérêt prononcé pour cette 3e cérémonie.

Je m’excuse de ce contretemps et surtout, de devoir décevoir certains et certaines d’entre vous, mes chers paroissiens, particulièrement en ce temps de Pâques, un temps de réjouissance !

Je prie pour votre compréhension,

En toute amitié; que le Christ Vainqueur de la croix vous bénisse !

et prions les uns pour les autres,

Père Bob

 

Prince de la paix ! Isaïe 9,5

Viens, Seigneur, la terre a tant besoin d’être sauvée !
Viens, Seigneur, les hommes et les femmes
ont tant besoin d’être libérés !
Viens, Seigneur, sinon la Nuit nous engloutira
dans ses tumultueux flots de ténèbres !
Viens, Seigneur, protéger les humbles
toujours écartés du bonheur par l’égoïsme des puissants.
Viens, Seigneur par la force de ta Parole faire reculer
la haine qui, de tous côtés, claque méchamment ses mâchoires !
Viens, Seigneur, redresser dans leur fierté
les pauvres et les malheureux tellement habitués à se
courber sous le fardeau de la misère
Viens, Seigneur, ôter des mains humaines
les armes chargées de guerre et de mort.
Viens poser la réconciliation dans les cœurs!
Viens, Seigneur, mettre la terre égarée
sur le chemin de la bonté !
Viens, ô Sauveur, viens et sois
notre Prince de la Paix !

Apprendre à ressusciter 

Sur les chemins quotidiens de notre vie
Où il nous précède et nous attend,
Jésus nous apprend à ressusciter.

Car la Résurrection n’est pas un état final
Qui adviendrait brutalement à notre mort :
C’est une éclosion, c’est une avancée.

Jésus nous apprend à ressusciter car on apprend à ressusciter
Comme on apprend à faire ses premiers pas et à se tenir debout.

A la suite de Jésus, vivre c’est apprendre à ressusciter:
C’est apprendre à vivre en homme et en femme,
Chaque jour, de façon humaine, tout simplement,
C’est apprendre à donner de soi, c’est apprendre à croire
Que Dieu se consacre au bonheur du monde,

C’est apprendre à espérer que la vie a un sens
Et que la mort est un passage,
C’est apprendre à aimer à la façon de Dieu,
À écouter l’Esprit de Dieu en nous.

C’est apprendre à s’arracher au mal,
À partager avec chacun ce qui est nécessaire à la vie,
À refuser des situations indignes de l’être humain, c’est lutter,
Ne pas se taire quand la qualité de la vie est en cause et celle de l’amour,

C’est apprendre à vivre selon l’Évangile
Parce que c’est le chemin tracé par Jésus et sur lequel il nous précède
Afin de nous introduire dans la Résurrection!

Réflexion du Vendredi Saint

« Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. » (Jean 15 :13)

Chaque année nous ressentons, le jour du Vendredi Saint, une certaine tristesse alourdissant le cœur.  Nous portons le deuil et le chagrin de notre Seigneur Jésus Christ mort crucifié.  Pour beaucoup de gens, la crucifixion de notre Seigneur est signe d’échec: le Roi de rois, Seigneur des seigneurs est agonisant et mourant; une vie, semblerait-il, coupée à la fleur de l’âge.  Mais pour nous, Chrétiens et Chrétiennes, c’est bien différent.  Comme Saint Paul le dit, « nous prêchons le Christ crucifié: message scandaleux pour les Juifs et une folie pour les nations païennes » (1 Corinthiens 1 :23).  La crucifixion est bien loin d’être une fin tragique à la vie du Christ mais c’est plutôt l’acte suprême de son amour pour nous.  Oui, j’ose le dire: la croix est symbole de l’amour du Christ pour nous!

Le Christ Jésus nous a aimé jusqu’à donner sa vie pour nous.  C’est sur la croix que se trouve le point culminant de la mission de Dieu sur terre.  Dieu nous a envoyé son Fils.  Il prit chair et se fit un de nous en toutes choses sauf le péché.  Il s’est abaissé afin de prendre sur lui-même toute la condition humaine – la condition humaine qui, depuis Adam et Ève, était séparée de Dieu à cause du péché.  C’est sur la croix que Jésus, le Fils de Dieu, se fit victime pour le pardon de nos péchés.  C’est sur la croix que Jésus se fit victime pour le pardon de mes péchés.  En voilà un point à méditer en profondeur aujourd’hui: le Dieu tout-puissant accepta souffrir tous les supplices de la croix afin de pardonner mes péchés et me réconcilier avec lui.  Comment ce monde serait différent si chacun venait à vraiment comprendre, au profond de son cœur, l’ampleur de l’amour et du sacrifice de Dieu pour chacun.

C’est de ce point de vue que l’on peut finalement voir que la crucifixion de notre Seigneur est bien loin d’être un événement malheureux qu’il subit mais d’un acte d’amour qu’il offre.  Effectivement, il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. » (Jean 15 :13).  Aujourd’hui, prenons quelques minutes pour tenir un crucifix entre nos mains et contempler cet Amour – un amour qui est une personne et qui a un nom: Jésus Christ.

Michel Quenneville, diacre

Réflexion du Jeudi Saint

« Ceci est mon corps qui est donné pour vous.  Faites ceci en mémoire de moi. » (Luc 22 :19) 

La célébration du Jeudi Saint commémore la dernière Cène du Seigneur avant sa passion, sa mort et sa résurrection.  C’est durant ce dernier souper que le Seigneur institua la Sainte Eucharistie, lava les pieds de ses Apôtres, et leur donna le nouveau commandement: aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés (Jean 13:34).  Souvent le Jeudi Saint nous propose de réfléchir sur le lavement des pieds – le Seigneur Jésus qui s’abaisse en se faisant serviteur de tous.  L’institution de la Sainte Eucharistie est un autre abaissement de notre Seigneur : il s’offre lui-même à nous, son Corps et son Sang.  C’est un abaissement qui préfigure l’offrande de lui-même qu’il fera sur la croix lendemain – Vendredi Saint.

L’Eucharistie est le don de Jésus Christ pour nous avant sa mort et sa résurrection.  C’est le don ultime du Christ à nous qui sommes ses disciples.  Sachant que son heure était venue de passer de ce monde à son Père (sa passion, mort et résurrection), Jésus institua l’Eucharistie comme mémorial de sa passion et mais aussi afin de demeurer parmi nous.  Dans son Eucharistie, Jésus nous garantit la promesse qu’il fît lors de son ascension: « Sachez-le, je serai avec vous jusqu’à la fin des temps » (Matt. 28:20).  L’Eucharistie est donc le don de sa Présence parmi nous.  Dans l’Eucharistie, le Christ se donne à moi et je le reçois.  Il vient demeurer en moi (je deviens un Tabernacle vivant!) mais encore plus, il se donne à moi pour que je sois uni à lui.  Il vient demeurer en moi afin que je puisse vivre en lui!  Quel don!

Aujourd’hui, par contre, ce Jeudi Saint nous est différent.  La pandémie nous empêche encore de nous retrouver ensemble pour célébrer le Triduum Pascale ainsi que de recevoir son Corps et son Sang.  Ça peut être une occasion, par contre, d’approfondir notre amour et notre soif pour l’Eucharistie.  De soi, le désir de recevoir Jésus dans l’Eucharistie est un approfondissement.  Comme le dit Bienheureux Charles de Foucauld (qui sera canonisé prochainement) : « désirer aimer, c’est déjà aimer ».  Désirer s’unir à Jésus dans l’Eucharistie, c’est déjà s’unir à Jésus.

Bon et saint Triduum à chacun et chacune.

Michel Quenneville, diacre

 

L’ordination de Michel Quenneville à la prêtrise devrait se faire samedi le 22 mai 2021  à la cathédrale St Mary’s.
Comme il y a beaucoup d’incertitudes due à la COVID, plusieurs détails seront décidés à la dernière minute. 

Nous nous attendons à ce qu’il y ait un nombre limité dans l’église. 

Nous vous tiendrons au courant. En attendant, continuons de le garder dans nos prières.

MESSAGE IMPORTANT

Chers paroissiennes et paroissiens,

J’espère que vous allez bien dans les circonstances … Je dois vous avertir que je risque d’utiliser un peu d’humour et même de sarcasme dans ce message, car cela semble être un bon ton pour communiquer parfois …  S’il-vous-plaît, ne vous en formalisez pas.

Bon, évidemment, il est clair que nous sommes tous et toutes épuisés et même au bout de notre corde avec la pandémie; nos vies ont été chambardées et la normalité nous semble encore bien lointaine après plus d’un an de confinement, déconfinement, reconfinement et j’en passe …  Ça s’annonce comme devant durer 2 ans et nous ne sommes pas sortis de l’auberge, comme on dit.

Hier après-midi, le Premier-ministre Ford a débuté sa conférence de presse avec les mots suivants : « Nous sommes en train de perdre la bataille entre les variants et la vaccination.  Le rythme de l’administration des vaccins ne rejoint pas la prolifération des nouveaux variants au sein de la population ontarienne… »   Après ces remarques préliminaires, il a ordonné des mesures encore plus restrictives dans le but d’arrêter la vague; en fait, d’aplatir cette courbe dangereuse que provoque cette 3e vague de la Covid-19, le plus rapidement et complètement possible.  Gardons M. Ford et son entourage de la santé publique dans nos prières car il n’est pas facile de gouverner dans de telles situations.

Comme vous le savez, le Premier ministre a déclaré que les nouvelles restrictions prenaient effet immédiatement.  Il nous a aussi informé que les lieux de culte ne pourraient dorénavant accueillir que 10 personnes à la fois ce, à partir de lundi.  Ce chiffre signifie 8 paroissiens, 1 prêtre et 1 organiste.  Je n’ai pas consulté beaucoup de collègues prêtres, rabbins ou iman à date mais je sais que la majorité vont tout simplement décider de fermer leur église, mosquée ou synagogue plutôt que d’accueillir 8 personnes privilégiées.

Oui, le Premier ministre Ford a dit que cela prenait effet lundi à minuit et je comprends la logique derrière ce court délai, puisque plusieurs personnes n’ont pas accès en Ontario, aux courriels, en ce temps de grand achalandage des lignes internet. 

MAIS, à Saint-François-d’Assise, nous allons donc adhérer dès maintenant à l’ordre de se confiner et fermer l’église complètement dès aujourd’hui et il y a de nombreuses raisons pour le faire telles que :

  • Dans notre paroisse, peu de gens n’ont pas accès à leurs courriels.
  • Les variants sont tout aussi dangereux le samedi et le dimanche que les autres jours de la semaine, évidemment.
  • Moi-même n’ai pas été vacciné alors que je tombe dans la catégorie des personnes susceptibles de l’attraper (fragilité pulmonaire, surdité totale d’une oreille, entre autres). Il est clair que je ne suis immunisé face à quoi que ce soit et je dirais même que j’ai tendance à être malchanceux… donc mes raisons ne sont pas qu’altruistes, certaines sont personnelles et je veux être honnête avec vous à ce sujet mais une chose est certaine, il est prudent et sage de prendre le plus de précautions possibles pour moi autant que pour vous et vos familles.
  • Rappelons-nous que le chiffre de 10 avait été décidé déjà l’an dernier en ce qui touchait aux funérailles, baptêmes et mariages.

Travaillons ensemble afin de nous garder en santé et en sécurité.  Les 12,000 à 18,000 cas quotidiens prédits hier touchent à notre idée de l’apocalypse.  Il faut arrêter le flot de la contagion.

Je préférerais que cette pandémie ressemble à une invasion de Zombis, comme dans un film d’Hollywood, mais il n’en est pas ainsi.  Dans notre réalité, l’ennemi est infiniment petit mais infiniment puissant !  On ne peut l’abattre avec une arme conventionelle, mais en se faisant vacciner le plus rapidement possible, comme vous le savez tous.

Finalement, passons à travers avec fermeté et visons Noël prochain, comme moment possible de retour à ce que nous prenions tous tant pour acquis, la normalité, notre routine quotidienne et dominicale.  Nous célébrerons alors dans la plus grande joie en faisant le plus de bruit possible !

Dieu vous bénisse et Shalom !

 

Père Bob

MESSES DE PÂQUES

Chers paroissiennes et paroissiens,

Comme vous le savez certainement, l'Ontario est retournée au confinement pour la 3e fois et ce, à partir de minuit samedi, le 3 avril.

Le peu de temps entre l'annonce et le fait de ce confinement est extrêmement court, ce qui signifie que nous sommes pris de court pour diminuer le nombre de personnes dans l'église lors de nos deux messes de Pâques.  Nous devons passer de 65 à un maximum de 30 paroissiens à la fois.

Tout d'abord, je pensais demander simplement aux gens de s'excuser volontairement de l'événement afin de nous rendre au 15% permis mais avec un si petit délais et l'inégalité de la prise de courriel de la part de certains, cela ne semble pas avisé.

Nous allons donc agir comme la majorité des églises locales dont la Cathédrale, et prendre une approche de premier réservé, premier servi.  Nous communiquerons avec ceux et celles qui malheureusement se retrouveront exclus de l'une ou de l'autre cérémonie.

Si plusieurs sont intéressés à venir à une éventuelle 3e messe de Pâques, à 13h15 dimanche, laissez-le-moi savoir.  Par contre, je dois vous informer que je fais cette offre à contrecœur car mon spécialiste a diagnostiqué récemment une arthropathie neuropathique à la cheville gauche qui me fait vraiment très souffrir quand je mets un poids dessus.  Malgré cela, je ferai de mon mieux, s'il y a un intérêt prononcé pour cette 3e cérémonie.

Je m'excuse de ce contretemps et surtout, de devoir décevoir certains et certaines d'entre vous, mes chers paroissiens, particulièrement en ce temps de Pâques, un temps de réjouissance !

Je prie pour votre compréhension,

En toute amitié; que le Christ Vainqueur de la croix vous bénisse !

et prions les uns pour les autres,

Père Bob

 

Réflexion du Vendredi Saint

« Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. » (Jean 15 :13)

Chaque année nous ressentons, le jour du Vendredi Saint, une certaine tristesse alourdissant le cœur.  Nous portons le deuil et le chagrin de notre Seigneur Jésus Christ mort crucifié.  Pour beaucoup de gens, la crucifixion de notre Seigneur est signe d’échec: le Roi de rois, Seigneur des seigneurs est agonisant et mourant; une vie, semblerait-il, coupée à la fleur de l’âge.  Mais pour nous, Chrétiens et Chrétiennes, c’est bien différent.  Comme Saint Paul le dit, « nous prêchons le Christ crucifié: message scandaleux pour les Juifs et une folie pour les nations païennes » (1 Corinthiens 1 :23).  La crucifixion est bien loin d’être une fin tragique à la vie du Christ mais c’est plutôt l’acte suprême de son amour pour nous.  Oui, j’ose le dire: la croix est symbole de l’amour du Christ pour nous!

Le Christ Jésus nous a aimé jusqu’à donner sa vie pour nous.  C’est sur la croix que se trouve le point culminant de la mission de Dieu sur terre.  Dieu nous a envoyé son Fils.  Il prit chair et se fit un de nous en toutes choses sauf le péché.  Il s’est abaissé afin de prendre sur lui-même toute la condition humaine – la condition humaine qui, depuis Adam et Ève, était séparée de Dieu à cause du péché.  C’est sur la croix que Jésus, le Fils de Dieu, se fit victime pour le pardon de nos péchés.  C’est sur la croix que Jésus se fit victime pour le pardon de mes péchés.  En voilà un point à méditer en profondeur aujourd’hui: le Dieu tout-puissant accepta souffrir tous les supplices de la croix afin de pardonner mes péchés et me réconcilier avec lui.  Comment ce monde serait différent si chacun venait à vraiment comprendre, au profond de son cœur, l’ampleur de l’amour et du sacrifice de Dieu pour chacun.

C’est de ce point de vue que l’on peut finalement voir que la crucifixion de notre Seigneur est bien loin d’être un événement malheureux qu’il subit mais d’un acte d’amour qu’il offre.  Effectivement, il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. » (Jean 15 :13).  Aujourd’hui, prenons quelques minutes pour tenir un crucifix entre nos mains et contempler cet Amour – un amour qui est une personne et qui a un nom: Jésus Christ.

Michel Quenneville, diacre

Réflexion du Jeudi Saint

« Ceci est mon corps qui est donné pour vous.  Faites ceci en mémoire de moi. » (Luc 22 :19) 

La célébration du Jeudi Saint commémore la dernière Cène du Seigneur avant sa passion, sa mort et sa résurrection.  C’est durant ce dernier souper que le Seigneur institua la Sainte Eucharistie, lava les pieds de ses Apôtres, et leur donna le nouveau commandement: aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés (Jean 13:34).  Souvent le Jeudi Saint nous propose de réfléchir sur le lavement des pieds – le Seigneur Jésus qui s’abaisse en se faisant serviteur de tous.  L’institution de la Sainte Eucharistie est un autre abaissement de notre Seigneur : il s’offre lui-même à nous, son Corps et son Sang.  C’est un abaissement qui préfigure l’offrande de lui-même qu’il fera sur la croix lendemain – Vendredi Saint.

L’Eucharistie est le don de Jésus Christ pour nous avant sa mort et sa résurrection.  C’est le don ultime du Christ à nous qui sommes ses disciples.  Sachant que son heure était venue de passer de ce monde à son Père (sa passion, mort et résurrection), Jésus institua l’Eucharistie comme mémorial de sa passion et mais aussi afin de demeurer parmi nous.  Dans son Eucharistie, Jésus nous garantit la promesse qu’il fît lors de son ascension: « Sachez-le, je serai avec vous jusqu’à la fin des temps » (Matt. 28:20).  L’Eucharistie est donc le don de sa Présence parmi nous.  Dans l’Eucharistie, le Christ se donne à moi et je le reçois.  Il vient demeurer en moi (je deviens un Tabernacle vivant!) mais encore plus, il se donne à moi pour que je sois uni à lui.  Il vient demeurer en moi afin que je puisse vivre en lui!  Quel don!

Aujourd’hui, par contre, ce Jeudi Saint nous est différent.  La pandémie nous empêche encore de nous retrouver ensemble pour célébrer le Triduum Pascale ainsi que de recevoir son Corps et son Sang.  Ça peut être une occasion, par contre, d’approfondir notre amour et notre soif pour l’Eucharistie.  De soi, le désir de recevoir Jésus dans l’Eucharistie est un approfondissement.  Comme le dit Bienheureux Charles de Foucauld (qui sera canonisé prochainement) : « désirer aimer, c’est déjà aimer ».  Désirer s’unir à Jésus dans l’Eucharistie, c’est déjà s’unir à Jésus.

Bon et saint Triduum à chacun et chacune.

Michel Quenneville, diacre

 

Message - 13 février 2021

S'il vous plaît lire attentivement tout le message.

Continuer à prendre toutes les précautions, s'il vous plaît

L'article qui fait réfléchir (Cliquez ici pour lire l'article)

Cher(e)s paroissiens/paroissiennes,

J’espère que vous êtes tous en santé et sécurité.

Avec ce message, je veux souligner à quel point nous demeurons fragiles en ce temps de pandémie. Mon but n’est pas de vous alarmer, mais de souligner qu’il est essentiel de continuer à prendre toutes les précautions.  En pièce jointe vous trouverez un article qui donne à réfléchir.  Cet article traite des projections (modélisation) du gouvernement fondées sur une recherche scientifique rigoureuse.  Il est aussi question de ce qui se passe en Angleterre avec le variant (en fait, il y en a au moins trois jusqu’à maintenant et les trois sont déjà parmi nous ).

Et comme ceci s’apparente aux célébrations religieuses, je n’insisterai jamais assez sur le fait que, si quelqu’un a vraiment peur de s’aventurer hors de la maison, incluant la participation à la messe... une dispense vous est accordée.  Il n’est même pas nécessaire d’être vulnérable physiquement : si la situation actuelle vous rend très inconfortable... soyez bien à l’aise.

Quant à moi, je suis convaincu que nous aurons à faire face à une autre période de confinement, parce qu’une troisième vague est possible et imminente. Les statistiques ne sont pas encourageantes.  De plus, le programme de vaccination ne se déroule pas à la vitesse anticipée.  Sans compter que ça prendra pas mal de temps avant que les gens soient vaccinés, surtout si l’on considère que la majorité des vaccins requièrent une double dose avec un intervalle de vingt-huit jours.

Je m’excuse si je parais trop dramatique, mais ce n’est pas mon but.  Je veux simplement m’assurer que nous savons tous à quoi nous avons affaire.  En résumé, nous sommes loin d’un retour à la normale.  Je me dois de vous dire toute la vérité, de façon à ce qu’on agisse avec extrême prudence, je me rend compte cependant que vous êtes bien informés.  Même si nous ne sommes pas en confinement présentement, moins nous nous exposons, mieux ce sera.

Je vous laisse maintenant à l’article.  Demeurons vigilants, mais surtout prions tous et toutes pour que cette crise prenne fin. Paix.

Père Bob

Message - 13 février 2021

S'il vous plaît lire attentivement tout le message.

Cher(e)s paroissiens/paroissiennes,

J’espère que vous êtes tous en santé et sécurité.

Avec ce message, je veux souligner à quel point nous demeurons fragiles en ce temps de pandémie. Mon but n’est pas de vous alarmer, mais de souligner qu’il est essentiel de continuer à prendre toutes les précautions.  En pièce jointe vous trouverez un article qui donne à réfléchir.  Cet article traite des projections (modélisation) du gouvernement fondées sur une recherche scientifique rigoureuse.  Il est aussi question de ce qui se passe en Angleterre avec le variant (en fait, il y en a au moins trois jusqu’à maintenant et les trois sont déjà parmi nous ).

Et comme ceci s’apparente aux célébrations religieuses, je n’insisterai jamais assez sur le fait que, si quelqu’un a vraiment peur de s’aventurer hors de la maison, incluant la participation à la messe... une dispense vous est accordée.  Il n’est même pas nécessaire d’être vulnérable physiquement : si la situation actuelle vous rend très inconfortable... soyez bien à l’aise.

Quant à moi, je suis convaincu que nous aurons à faire face à une autre période de confinement, parce qu’une troisième vague est possible et imminente. Les statistiques ne sont pas encourageantes.  De plus, le programme de vaccination ne se déroule pas à la vitesse anticipée.  Sans compter que ça prendra pas mal de temps avant que les gens soient vaccinés, surtout si l’on considère que la majorité des vaccins requièrent une double dose avec un intervalle de vingt-huit jours.

Je m’excuse si je parais trop dramatique, mais ce n’est pas mon but.  Je veux simplement m’assurer que nous savons tous à quoi nous avons affaire.  En résumé, nous sommes loin d’un retour à la normale.  Je me dois de vous dire toute la vérité, de façon à ce qu’on agisse avec extrême prudence, je me rend compte cependant que vous êtes bien informés.  Même si nous ne sommes pas en confinement présentement, moins nous nous exposons, mieux ce sera.

Je vous laisse maintenant à l’article.  Demeurons vigilants, mais surtout prions tous et toutes pour que cette crise prenne fin. Paix.

Père Bob

Bulletin paroissial du 25 avril au 9 mai 2021

Ô Marie,
tu resplendis toujours sur notre chemin
comme signe de salut et d’espérance.
Nous nous confions à toi, Santé des malades,
qui, auprès de la croix, as été associée à la douleur de Jésus,
en maintenant ta foi ferme.

Ô Marie,
Toi, Salut du peuple romain,
tu sais de quoi nous avons besoin
et nous sommes certains que tu veilleras
afin que, comme à Cana de Galilée,
puissent revenir la joie et la fête
après ce moment d’épreuve.

Adresse courriel  de la paroisse :  contact@stfrancoisassise.ca

4edimanche de PÂQUES - 25 avril

JOUR DU SEIGNEUR

 Livre des Actes des Apôtres  (4, 8-12)
 Première lettre de saint Jean (3, 1-2)
Saint Jean (10, 11-18)

 5edimanche de PÂQUES - 2 mai

JOUR DU SEIGNEUR                        

Livre des Actes des Apôtres (9, 26-31)
Première Lettre de saint Jean (3, 18-24)
Saint Jean (15, 1-8)

6edimanche de PÂQUES - 9 mai

JOUR DU SEIGNEUR                        

Livre des Actes des Apôtres (10, 25-26. 34-35. 44-48)
Première Lettre de saint Jean (4, 7-10)
Saint Jean (15, 9-17)

OFFRANDES 

 

  28  MARS au 4 AVRIL
QUÊTE $1890
DONS $455
Développement   et Paix $195
Besoin de l’Église $155
Pâques $545
Entretien de l’église $360
TOTAL $3600

 UN GRAND MERCI A TOUS CEUX ET CELLES QUI ASSUMENT LEUR RESPONSABILITÉ EN SOUTENANT FINANCIÈREMENT NOTRE PAROISSE
.

Prière à réciter à la fin du Rosaire

Ô Marie,
tu resplendis toujours sur notre chemin
comme signe de salut et d’espérance.
Nous nous confions à toi, Santé des malades,
qui, auprès de la croix, as été associée à la douleur de Jésus,
en maintenant ta foi ferme.

Toi, Salut du peuple romain,
tu sais de quoi nous avons besoin
et nous sommes certains que tu veilleras
afin que, comme à Cana de Galilée,
puissent revenir la joie et la fête
après ce moment d’épreuve.

Aide-nous, Mère du Divin Amour,
à nous conformer à la volonté du Père
et à faire ce que nous dira Jésus,
qui a pris sur lui nos souffrances
et s’est chargé de nos douleurs
pour nous conduire, à travers la croix,
à la joie de la résurrection. Amen.

Sous Ta protection nous cherchons refuge, Sainte Mère de Dieu.
N’ignore pas nos supplications, nous qui sommes dans l’épreuve, et libère-nous de tout danger, Ô Vierge glorieuse et bénie.

Quêtes spéciales :

  • Tous les mois  - Levée de fonds – entretien et réparations
  • 2 avril - Besoins de l’Église en Terre Sainte
  • 4 avril - Offrande de PÂQUES
  • 9 mai - Œuvres Pastorales Papales
  • 20 juin - Éducation des Séminaristes
  • 26 septembre - Besoins de l’Église en Terres Sainte
  • 24 octobre - Dimanche Mondial Missionnaire
  • 14 novembre - Fonds de Retraite des Prêtres
  • 25 décembre - Offrande de Noël

Où suivre la messe en direct ?

Messes quotidiennes

Sur «  Sel & Lumière »  - diocèse de Montréal  à  08 hrs 30

Sur la Télévision :  COGECO  canal 185

Sur Internet:  https://seletlumieretv.org/messe/

Messes avec le Pape François

Sur Internet avec VaticanNews (Cliquez pour aller sur le site)

Diocèse de Québec

Sur internet  en direct du diocèse de Québec (Cliquez pour aller sur le site) 

Messes  dominicales

Oratoire St-Joseph de Québec

À la télévision - Radio Canada  10 hrs 00

Cogeco - canal  008

Le Pape François encourage prêtres et religieuses à servir les pauvres.

(https://www.vaticannews.va/fr/pape-francois/messe-sainte-marthe.html)