5 avril 2020

Sermon du dimanche

[Début du SERMON]

Aujourd’hui, avec le dimanche de la Passion, ou “dimanche des Rameaux”, nous commençons notre progression vers la Semaine Sainte. Ce sera certainement un cheminement différent pour nous cette année, c’est certain.

Lorsque Jésus entre dans la ville sainte, Jérusalem, et est accueilli comme un “Roi” avec des cris de “Hosanna au fils de David” etc. …est-ce que ces foules savaient que peu de temps après cet événement, allait se produire un parcours chaotique marqué par la souffrance et même, au sens terrestre du terme, la défaite ?

Peu après l'”Entrée Triomphale” …Notre Seigneur affronte les changeurs de monnaie dans le Temple et se retrouve bientôt en désaccord et en conflit avec les autorités religieuses. Ce n’est vraiment pas ce que prévoyaient ceux qui, plus tôt, chantaient avec joie et espoir “Hosanna au Fils de David”. D’une certaine manière, ils attendaient le début de la fin. Ils s’attendaient à ce que Jésus initie une sorte de révolution et que le peuple soit libéré de la tyrannie de l’oppression romaine. Mais ce n’est pas ce qui se passe. En fait, Jésus avait prévenu ses apôtres bien avant que les choses allaient tourner au vinaigre et même devenir dangereuses. Ils ne l’ont peut-être pas complètement cru ou ils ont senti qu’ils pouvaient peut-être changer le cours des événements. Il est évident que cela ne s’est pas produit.

Au lieu de cela, Jésus confronte les autorités et en défie beaucoup, et je parle des autorités religieuses qui, soit dit en passant, ont bénéficié d’un certain “arrangement” avec le gouvernement romain. Jésus a remis en question la façon dont les pauvres étaient traités et combien d’entre eux étaient apparemment “laissés pour compte”… même au nom de la “pureté” religieuse ou des règlements. Puis, avant de s’en rendre compte, un complot commence à se développer pour arrêter ce “Jésus de Nazareth” et finalement Le faire tuer.

Ainsi, ce qui a commencé comme la fête d’un roi qui conduirait le peuple vers la liberté, s’est terminé par une défaite totale, dans l’humiliation et le chaos. C’était une fin tragique. Dans leur esprit.

Pour nous, cette année, nous n’avons pas l’occasion de faire la fête avec de beaux ornements sacerdotaux, ni de faire des processions avec des Rameaux bénis et des beaux chants. Nous entrons dans la Semaine Sainte d’une manière que nous n’aurions jamais imaginée il y a seulement quelques semaines. Nous entrons dans la Semaine Sainte avec une incertitude sur tant de choses… des choses fondamentales… et même dans plusieurs cas… c’est juste une question de survie ! Nous entrons dans la Semaine Sainte paralysés par une pandémie mondiale et nos “célébrations” seront pour ainsi dire “virtuelles”, sauf pour les célébrants qui dirigent les services de diffusion en direct. Même celles-ci sembleront différentes… il manquera quelque chose. Cela ne nous semblera pas normal. Nous éprouvons vraiment la crise.

C’est quand même la Semaine Sainte !  Nous commémorons ce qui s’est déjà passé. Et lorsque ces choses ont eu lieu, il ne s’agissait pas de liturgies joliment chorégraphiées avec de beaux chants et de l’encens de qualité… mais plutôt d’une expérience de souffrance humaine aiguë et, en réalité, de faire face à l’obscurité avec peu ou pas de confort ou de soulagement. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il s’agissait d’une affaire brutale. Ce que la nature humaine a de pire est apparu au premier plan pour détruire un innocent et le meilleur des hommes. Et pourtant… et le plus important, c’est que Jésus n’a JAMAIS reculé ! Il ne s’est jamais détourné ! Il a CONFRONTÉ LA NOIRCEUR! Il a fait face à la noirceur… et il a CONQUIS la noirceur !

Nous marchons avec Lui. Nous aussi, nous ferons face à tout ce que nous devons affronter… AVEC LUI… AVEC ESPÉRANCE ! Et pour moi, élaborer davantage reviendrait presque à dévaloriser le message à ce stade. C’est simple… IL A CONFRONTÉ LA NOIRCEUR ! IL A SURMONTÉ LA NOIRCEUR ! C’est tout. C’est le message. Et C’EST là notre espoir !

P. Bob

[FIN du SERMON]

[BEGINNING OF SERMON]

Today, with Passion Sunday, or ‘Palm Sunday’ we begin our journey into Holy Week. It will certainly be a different journey for us this year, that’s for certain.

When Jesus enters the Holy City, Jerusalem, and is welcomed as a “King” with shouts of “Hosanna to the Son of David” etc. …little did the people in those crowds know that soon after this event, was to begin a journey into all sorts of chaos and suffering and even, in an earthly sense…defeat. Shortly after the “Triumphal Entry” …Our Lord confronts the money changers in the Temple and also soon finds himself at odds and in conflict with the religious authorities. This is really not what was anticipated by those who earlier shouted out in joy and expectation “Hosanna to the Son of David”. They were expecting the beginning of the end in some ways. They were expecting that Jesus was going to initiate a revolution of sorts and that the people would be set free from the tyranny of Roman oppression. But that’s not what happens. In fact, Jesus had warned His apostles long before that things were going to turn sour and even dangerous. They might not have completely believed Him or felt perhaps they could change the course of events. Obviously this did not happen.

Instead, Jesus confronts the authorities and challenges many of them, and I’m talking about the religious authorities who, by the way, many, profited from a certain ‘arrangement’ with the Roman government. Jesus challenged the way the poor were treated and how many were apparently “left out”…even in the name of religious ‘purity’ or regulations. Then, before you know it, there is a plot that begins to develop to stop this “Jesus of Nazareth” and eventually to have Him killed.

So, what started as a celebration of a King who would lead the people to freedom, ended with total defeat and humiliation and chaos. It was a tragic end. In their minds.

For us, this year, we don’t get to celebrate with nice vestments and processions with blessed Palms and beautiful chant. We enter Holy Week in a manner we truly never imagined only a few weeks ago. We enter Holy Week with uncertainty about so many things…BASIC THINGS… and even in so many cases… it’s just plain survival! We enter Holy Week crippled by a Global Pandemic and our ‘celebrations’ will be ‘virtual’ so to speak, save for the celebrants conducting the services for live streaming. Even these will seem different…something will be missing. It won’t feel normal. We truly feel the crisis.

It’s still Holy Week regardless!  We commemorate that which already happened. And when these things originally took place, it was not a matter of nicely choreographed liturgies with lovely chant and fine incense…but it was the experience of raw human suffering and in fact facing the darkness with little to no comfort or relief. It was to say the least, a brutal affair. The worst of human nature came to the foreground to wreak havoc on the innocent and the good.  AND YET…and here is the important part…Jesus NEVER backed down! He never turned away! He FACED THE DARKNESS! He faced the darkness…and he CONQUERED the darkness!

We walk with Him. We too will face whatever it is we need to face…WITH HIM–WITH HOPE! And for me to elaborate any further would almost cheapen the message at this point. It’s simple… HE FACED THE DARKNESS! HE OVERCAME THE DARKNESS! That’s it. That’s the message. And THAT’S our hope! 

[END OF SERMON]